Motors & souls (91)

motorsAmis de la région parisienne, je serai présent au salon « Motors & Soul » (sur le site de la Ferme d’Armenon aux Molières, dans le 91) le dimanche 6 septembre de 14h à 17h pour une séance de dédicaces de mon dernier roman, « Nous rêvions juste de liberté« .
Infos sur le site de Motors & souls.

Nous rêvions juste de Liberté

couv-def-web« Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher.
Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Lœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road-movie fraternel et exalté.

LA PRESSE EN PARLE :

« Un grand livre sur l’amitié, la loyauté et la trahison. Un véritable uppercut. »
L’Obs

« Excepté quelques paradis, cette équipée sauvage parfaitement écrite et construite n’a rien d’artificiel. Elle est du cœur et de la rage de vivre. »
Le Parisien

« Un roman puissant. Un coup de poing à l’estomac ! On sort le souffle coupé. »
L’Avenir

« Un grand livre… La marque des fictions puissantes. »
La Provence

« Un virage pris à toute allure, la manette des gaz serrée à fond. Un excellent roman »
Métro

« Un road-movie sur l’amitié et la trahison, pétaradant et bourré d’émotions »
Le Soir

« Loevenbruck a su fêter les noces merveilleuses des mots et des rythmes avec la griserie du voyage et la tension de la vitesse. Juste magnifique ! »
Le Républicain Lorrain

« Une histoire belle et tragique où la moto n’est que le vecteur d’une quête éternelle de la jeunesse, celle de la liberté impossible.  »
La Libre Belgique

« Une histoire à avaler comme le bitume ! »
Moto-Magazine

« L’une des très bonnes surprises de ce printemps littéraire. »
Moto-Revue

« Nous rêvions juste de liberté se parcourt d’une traite. Un pur road trip ! »
Moto-Heroes

Bloggers de Babelio :
« Cette chute comme j’en ai rarement lues, intelligente, puissante et magnifique, est une apothéose fatale digne de ce roman sincère et bouleversant. »
« Magistral ! Une claque monumentale ! Juste magnifique ! Emouvant et tendre… Il ne faut pas passer à côté, si vous n’aviez qu’un livre à acheter ce mois-ci, il faut miser sur celui-là. »
« Quel coup de poing ! Je ne pouvais pas le lâcher. »
« Tout au long de ces pages, un grand plaisir de lecture. »
« Un pur moment d’evasion et d’émotion ! »
« Un road-movie à découvrir de toute urgence, c’est juste efficace et sublime. »

Broché: 422 pages
Editeur : FLAMMARION (1 avril 2015)
Langue : Français
ISBN : 2081307286

Se procurer ce roman :
– La meilleure solution, trouvez un libraire près de chez vous !
– Decitre
– Amazon
– Fnac

Etapes 8 & 9 : De Metz à Paris

IMG_4358Samedi matin, 6h20 : Loïti est réveillé (pas nous) par le bruit des alarmes. Coup d’œil par la fenêtre de la chambre d’hôtel : deux des bécanes sont par terre et une femme, qui les a rageusement poussées au sol à coup de pieds, s’enfuit en courant (elle expliquera plus tard qu’elle n’était pas contente, parce qu’elle s’était fait voler son téléphone portable… bref, un geste tout à fait logique…). Vêtu d’un magnifique caleçon, le colosse se précipite pied-nu dans la rue… et tombe sur la Police ayant rattrapé la jeune hooligan. Résultat des courses : mes deux acolytes me laissent partir seul vers Metz et vont se charger des démarches administratives au commissariat local. Ils y passent un long moment de délicieuse joie bureaucratique.
De mon côté, je m’arrête en chemin à Gérardmer où je retrouve avec une immense joie la bande à Ragazzoli et les Showtime Riders vosgiens. Comme à l’accoutumée, les géromois font de l’étape un mémorable instant de chaleur, d’amitié et de bonne bouffe !
Vers 17h, nous arrivons à la concession Harley-Davidson de Metz, où le Lorraine Chapter nous attend pour nous escorter jusqu’à la librairie Hisler-Even. Là, pour cette dernière séance de dédicaces, la libraire nous réserve un accueil chaleureux parmi des lecteurs venus en très grand nombre dans ce bel et grand établissement !
Le soir venu, Loïti, Christophe et moi-même décidons de faire une surprise à nos amis géromois : alors que nous sommes censés passer la soirée à Metz, nous retournons sans leur dire dans la belle ville vosgienne et arrivons même avant eux pour les prendre à revers ! L’émotion est belle et visible dans leurs yeux comme dans les nôtres, et la soirée se finira dans les sous-sols géromois à des heures que je préfère taire pour ne pas inquiéter nos mamans…
Dimanche matin, c’est donc avec bien plus de jus d’orange dans le sang que de sommeil dans les yeux que nous prenons la route pour Paris. À 16h précises, nous arrivons à l’Entrepôt, et c’est une belle séance de retrouvailles, avec les lecteurs fidèles, les Showtime parisiens, et même la visite surprise de bons vieux potes, le chanteur Benoît Dorémus, le blogueur Hervé Resse et l’auteur Jean-William Thoury !
Voilà… C’est fini, comme dit la chanson. Nos compagnes respectives nous attendent, leur douceur atténuant fort heureusement le traumatisme du retour quand, après dix jours de rêve passés à forger sur les routes les plus belles des amitiés, nous revenons à la réalité du quotidien… Ces liens que l’on noue en partageant la route ne peuvent se dire ou s’expliquer, ils se vivent et ils laissent à jamais de bien belles marques dans nos lignes de vie.
Christophe, Loïti, c’est à vous deux que je dédie aujourd’hui Nous rêvions juste de liberté, parce qu’avec vous, l’espace de dix jours, ce rêve est devenu réalité.

On remet ça ?

Etape 7 : Strasbourg

IMG_4441Aujourd’hui, ne nous voilons pas la face, nous sommes lessivés, façon plus blancs que blanc. 2 859 km en bécane, ça use, ça use. Surtout quand on y ajoute séances de dédicaces quotidiennes, soirées festives avec les frangins et montages vidéos nocturnes. Bref, ce matin, le départ, à 8h30, a été pour le moins compliqué. Chacun enfermé sous son casque, bien installé sur sa selle, nous apprécions sans honte le régulateur de vitesse des modèles Touring prêtés par Harley pour nous laisser porter par nos machines sans trop avoir à réfléchir… En plus, Strasbourg, c’est tout droit.
Après une petite pause chez l’ami Franco du HAMC Colmar, nous retrouvons Bruno, Showtime Rider géromois, et nous nous faufilons tant bien que mal au milieu des gargantuesques embouteillages de la capitale alsacienne (les bouchons de Paname, à côté, c’est de la roupie de sansonnet). Protégés par les dieux du ciel, la pluie ne se met à tomber que quand nous garons les brêlons cavalièrement place Kleber, et commence alors une bien belle rencontre à la Fnac, où les lecteurs alsaciens sont venus en nombre et l’équipe de libraires nous a reçus comme des princes (avec des fraises Tagada). Jolis échanges, moments de partages, le livre est un médiateur universel qui, l’espace d’une grosse semaine, aura rassemblé pour nous de beaux sourires venus des quatre coins de France.
À l’issue de la dédicace, nous acceptons, ravis, l’invitation du Chapter Alsace du H.O.G. qui a organisé une sauterie pantagruelique à la concession Center of Alsace. Michel, président du chapter, et Laurent, directeur de la concession, nous reçoivent avec la chaleur légendaire des gens de l’Est, et c’est de nouveau l’occasion d’une petite séance de dédicaces improvisée avec les bikers alsaciens.
Vers 21h30, nous quittons la concession pour rentrer à l’hôtel et nous livrer à notre rituel quotidien : le montage de la vidéo. Avant-dernier soir, on sent poindre dans certains silences la tristesse muette des compagnons de route qui savent que, bientôt, cette belle aventure sera finie, et l’on se console alors par le rire et le jus d’orange…
Demain, direction Metz, où nous espérons que les Lorrains seront nombreux à rêver avec nous de liberté… Bon temps roulez !

Etape 6 : Lyon

IMG_1639C’est toujours avec émotion qu’on salue un frère de route qui nous quitte. Ce matin, après avoir roulé deux jours à nos côtés, l’ami Robert nous abandonne à contrecœur pour rentrer à Marseille, et nous savons déjà qu’il va nous manquer. Le soleil, heureusement, nous réchauffe un peu l’âme, et sans vent cette fois. Nous quittons la Provence et remontons lentement vers le nord en traversant le somptueux décor du Parc du Lubéron.
Après un déjeuner chez Pour Ailleurs, petit gastos sans prétention mais où le patron nous réserve un accueil des plus chaleureux en nous servant des plats faits maisons, simples et bons, vers 14h, nous visitons la concession Harley-Davidson Grand Lyon où toute l’équipe nous reçoit avec une grande gentillesse, et Christophe s’offre même le luxe d’essayer un Softail Breakout, élégant, aussi bas que long et racé.
À 18h, nous arrivons à la librairie Decitre Bellecour, qui a préparé la rencontre avec soin. Magnifique vitrine, présentoirs, l’équipe s’est démenée pour faire de l’événement une réussite. Et le public ne s’y est pas trompé : il est venu fort nombreux ! Un grand merci aux lecteurs comme aux libraires, et en particulier à Ingrid qui a animé la rencontre avec beaucoup de savoir-faire et d’authenticité. Pour un auteur, il n’y a de plus belles récompenses que d’entendre un libraire parler de votre livre avec autant d’émotion. Cela vaut tous les prix littéraires du monde !
Après une visite bien agréable à nos amis du Rough Riders MC Rhône, nous terminons la soirée, comme à l’accoutumée, enfermés dans notre chambre d’hôtel pour monter les images de la journée autour d’une belle bouteille de jus d’orange arrangé. La fatigue et l’amitié sont un terrain idéal pour de sacrées tranches de rigolades. Les longues soirées de virées font partie, tout autant que la route, du plaisir inégalé des meilleurs road trips. Elles offrent à nos avenirs de bien jolis souvenirs. On se délecte de nos idioties, de nos enfantillages, parce que les rires de gosses restent le meilleur des dépaysements.
Demain, direction Strasbourg où nous retrouverons d’autres lecteurs, d’autres libraires, et d’autres frères ! Vivement !