L’univers de Sérum : Personnages

PERSONNAGES

ARTHUR DRAKEN
GEOLOCALISATION : 315 Hicks St, Brooklyn, NY 11201
PRESENTATION : Né aux États-Unis en 1962, Draken est un psychiatre réputé et atypique, qui utilise l’hypnose lors des séances avec ses patients… À titre expérimental, il utilise également le Sérum inventé par son ami Ben Mitchell, bien que le produit n’ait pas été validé par les autorités médicales…
Consultant en psychiatrie médico-légale, il travaille souvent avec le détective Lola Gallagher, du 88ème district.
C’est un homme solitaire, érudit, passionné de lecture, mélomane et cinéphile. Il a un humour fin mais froid. Fils unique, il n’est pas d’une sociabilité exemplaire. Il a sur le monde et sur les hommes un regard distant, analytique. Tout, pour lui, est sujet à l’analyse, c’est sans doute à cause de ce trait de son caractère qu’il est devenu psychiatre : une envie de sonder l’âme humaine, de l’étudier comme on observe un microbe au microscope.
Draken est passionné par les illusions d’optique. Il a dans son cabinet de nombreux tableaux représentant des illusions d’optique et y fait souvent référence. Pour lui, « tout est question d’interprétation »…
 Draken peint et dessine. Pendant les séances de thérapie par l’hypnose, plutôt que de prendre des notes, il a l’habitude de faire des croquis sur des carnets.
CITATION : « — Trois cents dollars ! Vous ne faites pas un prix pour les amnésiques ?
— Non. Au contraire. J’augmente le tarif à chaque séance, ils n’y voient que du feu. »

 

LOLA GALLAGHER
GEOLOCALISATION : 206 Malcolm X Blvd, Brooklyn, NY 11221
PRESENTATION : Née en 1970 en Irlande dans une famille modeste, elle a émigré aux USA après la mort de ses parents. Après un début de carrière dans la police à Newark puis à Jersey City, elle obtient un poste de détective de deuxième grade en 2006, dans le 88ème District de New York.
Séparée de son mari, Lola élève seule son fils Adam.
Lola a hérité d’une grande partie de la culture irlandaise de sa famille. Elle est très croyante, elle a l’esprit de famille, elle est indépendante, rebelle, chaleureuse et dure à la fois. Cet esprit rebelle lui vaut souvent quelques démêlés avec le bureau des affaires internes (IAB). C’est aussi une grande cartésienne, avec un esprit de déduction redoutable et une intuition qui font d’elle l’un des meilleurs détectives de Brooklyn.
Mais son passé semble cacher quelques secrets… Comment se fait-il, par exemple, que son frère, Chris Coleman, ne porte pas le même nom qu’elle ?
CITATION : « — C’est juste une intuition que je voudrais vérifier. »

 

EMILY SCOTT
GEOLOCALISATION : 26 Livingston St, Brooklyn, NY 11201,
PRESENTATION : Après avoir reçu une balle en pleine tête dans le parc de Fort Greene, cette jeune femme a tout oublié de son passé, jusqu’à son nom. Lui offrant un programme de protection de témoins, la police lui donne provsoirement le nom d’Emily Scott. Perdue, en état de choc, son seul espoir de retrouver la mémoire repose peut-être sur Arthur Draken, le célèbre psychiatre. Mais quel terrible secret renferme ses souvenirs refoulés ? Et pourquoi veut-on ainsi l’éliminer ? On peut vous voler votre mémoire, mais pas votre passé…
CITATION : « — (…) me tuer, je dois (…) prévenir les (…) une machination (…) l’enlèvement (…) Citigroup Center (…) faire quelque chose, vous devez faire quelque chose ! »

 

BEN MITCHELL
GEOLOCALISATION : 79 west 168th Street, New York (institute neurologique de l’université de Columbia)
PRESENTATION : Né aux USA en 1964, chercheur en neurophysiologie à l’Université de Columbia à NY, il a mis au point le sérum.
Atteint d’une rétinite pigmentaire, il a progressivement perdu la vue, jusqu’à devenir complètement aveugle en 2005, à l’âge de 41 ans. C’est d’ailleurs en partie cette cécité qui l’a poussé à inventer son sérum, une façon pour lui de « voir » par l’esprit…
Sorte d’éternel étudiant, très heureux de vivre dans un cadre estudiantin, il a connu la fin des années hippies où la drogue circulait beaucoup dans les milieux universitaires. En ce sens, il est une sorte d’héritier des thèses de Timothy Leary, partisan des bienfaits du LSD, et il a poussé les théories de celui-ci un peu plus loin, par le biais de la neurophysiologie.
Résultat, Ben ne jouit pas d’une très bonne réputation, on le pense sulfureux, voire dangereux. Sa rencontre avec Arthur Draken est pour lui une aubaine : le psychiatre, loin de le prendre pour un fou, le prend très au sérieux…
CITATION : « — En gros, vous jouez avec le cerveau des gens.
— Non. Nous aidons les gens à jouer avec leur cerveau, ce n’est pas tout à fait la même chose. »

« DU HITCHCOCK
REMASTERISÉ
À LA SAUCE
24H CHRONO
 »
LE POINT